[./confrf.html]
[./index.html]
[./index.html]
[http://www.tibet-info.net/www/]
[http://www.tibet.ca/fr/newsroom/]
[./zpetitions.html]
[Web Creator] [LMSOFT]

Lettre de Matthieu Ricard à L'Honorable Frank McKenna





canada@canadianembassy.org



Honorable Frank McKenna
Ambassadeur-Désigné du Canada aux États-Unis

501 Pennsylvania Ave. N.W.
Washington, DC 20001 




Excellence,


 Avec plusieurs personnes, nous avons été on ne peut plus consternés d’apprendre que votre Gouvernement avait l’intention d’autoriser l’abattage d’un grand nombre de phoques de manière très brutale.


Ceci surprend d’autant plus, lorsque l’on sait que les peuples et les gouvernements persistent à croire que les autres êtres vivants sont intrinsèquement dépourvus du moindre droit, incluant même celui du droit à la vie.


Sans doute, l’inaptitude des animaux à parler, à tenir des rassemblements de protestation ou encore à voter explique-t-elle une attitude aussi désinvolte ?


Comme l’écrivait Jeremy Bentham: «Un cheval ou un chien adultes sont sans aucun doute des animaux plus rationnels et plus conviviaux qu’un enfant âgé d’un jour, d’une semaine ou d’un mois. Mais, que se passerait- il dans le cas contraire ? La question essentielle n’est donc pas de savoir si les êtres vivants sont dotés de la faculté de penser ou de parler, mais plutôt de se demander s’ils craignent la souffrance.» 


Un maître tibétain disait à ce propos que «même en colère, une personne animée de compassion sait demeurer affable, alors qu’une personne non compatissante tue avec le sourire.»


J’imagine aisément que les gens puissent se sentir impuissants devant toute décision gouvernementale. Mais, les gouvernements ne sont-ils pas censés représenter celles et ceux qui les élisent ? La détermination de  changer les choses ; c’est tout ce qu’il faut à une poignée d’élus pour agir. Voilà une proposition qui me semble raisonnable.


Matthieu Ricard, Ph.D.

Interprète en Français du Dalai Lama

Chevalier de l’Ordre national français du Mérite

Écrivain

 

GANDHI, MOHANDAS (1869-1948, leader nationaliste indien et réformateur de la société)


« La grandeur et le progrès moral d’un pays s’infèrent de la manière avec laquelle il traite les animaux.»


DA VINCI, LEONARD (1452-1519)


L’homme est sans doute le roi des animaux, mais sa brutalité surpasse la leur. Nous vivons de la mort des autres êtres vivants ; nous sommes des fossoyeurs !


BENTHAM, JEREMY (1748-1832, philosophe, économiste et juriste anglais)


«Un jour, les autres animaux créés pourraient se voir conférer les droits qu’une main tyrannique leur a jusqu’à présent déniés… Il pourrait un jour être statué que le nombre de pattes, la pilosité de la peau et le sacrum seront des critères bien insuffisants pour abandonner les êtres sensibles à leur triste sort.  Quelles mesures détermineront alors la limite à ne pas franchir ? Est-ce que ce sera la faculté de penser ou de parler ? «Un cheval ou un chien adultes sont sans aucun doute des animaux plus rationnels et plus conviviaux qu’un enfant âgé d’un jour d’une semaine ou d’un mois. Mais, que se passerait-il dans le cas contraire ? La question essentielle n’est donc pas de savoir si les êtres vivants sont dotés de la faculté de penser ou de parler, mais plutôt de se demander s’ils craignent la souffrance.»

(Introduction aux principes de la morale et de la législation)


 SCHOPENHAUER, ARTHUR (1788-1860, philosophe allemande)


«Comme la compassion envers les animaux demeure étroitement associée à la bonté de caractère, on peut à coup sûr en déduire que quiconque fait preuve de cruauté envers les animaux ne peut être une bonne personne.»











 

MATTHIEU RICARD



L’HOMME LE PLUS HEUREUX DU MONDE

GRÂCE À L'ENTRAÎNEMENT DE SON ESPRIT

AVEC DES MAÎTRES BOUDDHISTES TIBÉTAINS AUTHENTIQUES


Mantra of the Buddha of Compassion

Om mani padmé houng HRI



Mantra of the Buddha Shâkyamuni

Om mouni mouni mahâmounayé sôhâ